Questions & réponses

Qu’est ce que cela implique pour l’apiculteur ? :

  • Il faut remplir des formulaires lors de chaque récolte, lors de l’envoi d’échantillon à l’analyse, tenir un registre de toutes les opérations, ...
  • Il faut accepter d’avoir parfois un lot qui ne rentre pas dans les critères de qualité de notre label et ce miel ne pourra pas être vendu sous la marque « Perle du Terroir®»
  • Il faut laisser l’accès de nos installations aux contrôleurs, ...

 

Qu’impose le cahier des charges ?

Voici quelques impositions du cahier des charges de Promiel, vous constaterez que c’est en fait tout ce que fait déjà un apiculteur soucieux de la qualité :

  • Pour les ruches : cires renouvelées régulièrement, nombre de ruches en fonction de l’environnement, flore diversifiée autour du rucher, ...
  • Pour la récolte : aucun traitement thérapeutique en présence de hausses, pas de répulsifs chimiques, pas de couvain dans les hausses, ...
  • Pour l’extraction : à froid, avec filtration et décantation, stockage identifiable, ...
  • Pour la traçabilité, la tenue d’un registre reprenant les fiches de récolte, de lots, la liste du matériel de miellerie, la fiche d’hivernage, ...
  • Pour la vente, un miel tartinable et à faible granulosité dans des pots scellés, ...

 

Combien ça coûte ?

Il faut compter la cotisation Promiel : 50 € par an, qui inclut le coût de Promag, l’organisme indépendant de contrôle, le coût des analyses du miel

Les pots Samap (non obligatoires, mais conseillés) reviennent à environ 35 cents/pot et les étiquettes à environ 10 cents/pot 

Qui peut s’y inscrire ?

L’association sans but lucratif Promiel est ouverte à tout apiculteur wallon

  • soucieux de la qualité de sa production
  • s’engageant à respecter le cahier des charges.
Promiel - Producteurs de miel sous label